| La Salle Pleyel | Concerts | Staatskapelle Berlin - Daniel Barenboim
La Salle Pleyel

Staatskapelle Berlin - Daniel Barenboim

Beethoven, intégrale des concertos I

vendredi 05/02 2010 20:00

  • Staatskapelle Berlin
  • Daniel Barenboim : direction, piano
  •  

Programme

  • Ludwig van Beethoven
  • Concerto pour piano n° 1
  • Arnold Schönberg
  • Cinq Pièces op. 16
  • Entracte
  • Ludwig van Beethoven
  • Concerto pour piano n° 4
  • Rappel:
  • Franz Schubert
  • Impromptu
Télécharger le programme

Pour le moment nous n'avons plus de places disponibles pour cet événement. Nos conseillers restent à votre disposition au 01 42 56 13 13

Voulez-vous être alerté en cas d'éventuelles remises de places à la vente ?

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@sallepleyel.fr

Tarifs à l'unité

Cat. 1 110€
Cat. 2 80€
Cat. 3 60€
Cat. 4 35€
Cat. 5 10€

Les cinq concertos pour piano laissés par Beethoven, si on les compare aux neuf symphonies, et même s’ils donnent le sentiment d’un ensemble parfaitement achevé, peuvent passer pour des oeuvres de relative jeunesse. Ou plutôt, il semble qu’il ait rapidement eu conscience d’avoir épuisé les possibilités du genre. À l’audition, pourtant, les cinq partitions suivent un cours majestueux et presque naturel : d’abord, deux concertos lui permettant de s’y exprimer en tant que pianiste, oeuvres jumelles qui cherchent leur voie entre
l’affirmation du créateur virtuose et la recherche de structures et d’expressions plus originales et profondes. Deux concertos, ensuite, faisant preuve d’une plus grande audace dans la forme et provoquant l’équilibre entre le soliste et l’orchestre. L’esprit de la Symphonie « Héroïque » (dans le Troisième) et de Fidelio (dans le Quatrième) y souffle à des degrés divers. Un couronnement indépassable, enfin, avec le triomphal Concerto « Empereur ». Ainsi, dans le principe concertant qui oppose soliste et orchestre, Beethoven découvre les
sources vives d’un dialogue poétique libre qui, tout en préservant la forme traditionnelle du genre, la fait oublier ; le concerto beethovénien résonne pur de toute convention formelle. Ses dimensions temporelles et sonores sont, au reste, sensiblement élargies : conception symphonique des développements et des thèmes, de l’orchestre, de l’écriture pianistique elle-même, qui rivalise avec
toute la masse sonore en un discours d’égal à égal.


diffusion le 22 février à 16h00
accord donné pour une seule diffusion valable 1 an parès le concert

Coproduction Piano ****, Salle Pleyel.